Clive "Azul" Hunt présente Bad Bad Bad


Né à Linstead, Sainte-Catherine, Clive Hunt est un multi-instrumentiste, arrangeur, compositeur et producteur dont la carrière s'étend sur plus de quatre décennies. Depuis quelques années, il est producteur signé VP Records et a produit pour des artistes tels que Etana, Jah Cure, Maxi Priest, Jah9, Richie Spice et Queen Ifrica. En 2016, il a produit la compilation We Remember Dennis Brown pour le label. À la fin des années 70, il a participé à de nombreuses sessions d'enregistrement, dont Culture's Cumbolo pour la productrice Sonia Pottinger. Il a ensuite émigré à New York où il a travaillé avec Joe Gibbs et Lloyd "Bullwackie" Barnes. Pour ce dernier, il a participé à des sessions et s'est produit en tant que soliste, enregistrant sous le nom de Clive "Azul" Hunt. En 1987, il est expulsé des États-Unis pour des raisons liées à la drogue. Quatre ans après son retour en Jamaïque, il s'est inscrit en cure de désintoxication et s'est depuis rétabli comme producteur à succès, travaillant avec de nombreux artistes de premier plan.



Étant associé à VP Records, ce n'était qu'une question de temps avant que les productions classiques de Clive Hunt ne soient (ré)publiées. Et c'est ce qui s'est passé avec la sortie du coffret de compilation "Azul" Hunt Presents Bad Bad Bad Bad" sur le label subsidiaire de VP, 17 North Parade. Le CD 15 pistes (12 pistes sur le LP vinyle) rassemble une sélection de morceaux roots produits par Clive Hunt de 1973 à 1976. C'est une excellente sélection, d'autant plus qu'elle comprend certains des singles 7″ les plus recherchés du producteur de cet âge d'or du reggae.


La compilation attire instantanément l'attention de l'auditeur alors que les choses commencent avec le tueur de racines Tenayistillin Wandimae des Abyssiniens de 1975. Cette compilation est sortie à l'origine en Jamaïque sur le label Antrim et sur le label Tropical Sound Tracs au Royaume-Uni. C'est Geoffrey Chung qui est crédité sur le label comme étant le producteur de ce joyau. Que ce morceau ait été produit par Clive Hunt ou Geoffrey Chung ne dérangera certainement pas le fan de reggae car il s'agit d'une harmonie en trois parties à son meilleur. Vient ensuite le morceau correspondant de Sylford Walker, I Can't Understand, un single de 1976 qui comportait la version heavy dub appelée Bad... Bad... Bad... sur son envers. C'est probablement de là que vient le titre de cet album, mais il aurait été bon d'inclure le dub ici aussi. La première partie est complétée par le single I Can't Change My Skin de Linval Simms aka Bonnie Gayle (un membre original des Viceroys), sorti en 1975, qui est un autre brûlant.



Bonnie Gayle est présente avec un deuxième titre, le solide Mellow Up Yourself, et aussi le In Crowd and Clive Hunt sous les pseudonymes Azul et Lizzard sont présents avec deux efforts. In Crowd's Milk And Honey, parmi les plus connus des fans de Dennis Brown, est suivi par la version instrumentale d'Azul intitulée Bitter Sweet, avant que Lizzard ne livre un morceau vocal remarquable intitulé Satta I. Même si le chant est également inclus, In Crowd's Mango Walk est un bel instrumental reggae soul. Junior Murvin fait une très bonne impression avec son interprétation dure de Give Me Your Love de Curtis Mayfield, tandis que le DJ I Roy, Flying High aka Superfly, est un super morceau mixte de King Tubby. Avec en plus We Should Be In Angola de Pablo Moses, Tacko de Max Romeo et Love Light de Dennis Brown sur la tracklist, vous savez que c'est une merveilleuse collection de classiques !




Abonnez-vous à notre site
© Copyright

2011/2021 Association Art & Culture, All rights reserved.