google.com, pub-5905608555942578, DIRECT, f08c47fec0942fa0
top of page
9bcd1ed2f27a403335aefb6b61789f76.jpg
Rechercher

Comment la chanson "Ring The Alarm" de Tenor Saw a fait connaître le Soundclash !


Pour une démonstration vibrante du tiercé jamaïcain - ruse, créativité, compétitivité - ne cherchez pas plus loin que le riche patrimoine de sound systems de l'île. Ces modes de spectacle et de divertissement ont vu le jour à Kingston dans les années 1950, offrant une plateforme à une multitude de talents - sélectionneurs, grille-pain, ingénieurs - tout en jouant devant des foules qui pouvaient facilement atteindre des milliers de personnes.


Les sound systems (essentiellement des discothèques mobiles) ont pris de l'importance dans les années 60 grâce à de célèbres propriétaires de sound systems comme Arthur "Duke" Reid (Trojan Sound System et Treasure Isle Label) et Clement "Sir Coxsone" Dodd (Downbeat Sound System et Studio One Recording Studio) qui ont dominé le paysage nocturne de Kingston en accompagnant des artistes comme Daddy U-Roy et King Stitt respectivement.


Parmi tous les artistes qui ont injecté du flair dans cette forme d'art, c'est Clive Bright, alias Tenor Saw, qui a officiellement fait connaître le concept de soundclash aux masses lorsqu'il a lancé l'hymne crucial, Ring The Alarm, en 1985. Le DJ n'avait que 19 ans lorsqu'il s'est lancé dans le futur - c'est-à-dire dans le Dancehall - en faisant des rimes tout en nivelant les sons rivaux.


La première fois que le défunt hitmaker a interprété ce classique mortel est également saluée comme un autre moment essentiel du Dancehall : le premier soundclash. Organisé au Cinema II de New Kingston, le face-à-face a vu les quatre plus grands sound systems de l'île, Youth Promotion Soundstation (le terrain de Tenor Saw appartenant à Sugar Minott), Black Scorpio, King Jammy's Hi Fi et Arrows International, se disputer la gloire.


Son interprétation mortelle de l'histoire au fur et à mesure qu'elle se déroule balaie la foule et lui vole la couronne : "Four big sounds inna one big lawn/ The Don sound a play, the other three keep calm/ Four big sounds inna one big lawn/ The boom sound a play, the other three keep calm/ Ring the alarm, another sound is dying, Whoa, Hey...". Deux ans plus tard, il est tué en 1988, apparemment dans un accident avec délit de fuite à Houston, au Texas.


Selon un article de Red Bull, "les plus grandes chansons dancehall des années 80 ont souvent été testées ou créées en premier dans l'arène du clash". Le tube est devenu l'un des "spéciaux" les plus populaires (aujourd'hui appelés dubplate), des versions personnalisées s'en prenant aux systèmes de sonorisation adverses.


Un featuring de Stalag 17 Riddim, Ring The Alarm, a ensuite été enregistré et publié au début de l'ère numérique du Dancehall. À cette époque, les sound systems avaient adopté une coexistence plus proche de celle des maisons de disques avec leurs groupes affiliés.


Lorsque Sugar Minott a quitté Studio One, il a créé Youthman Promotion Soundstation, dont le but était de lancer et de promouvoir de jeunes stars du ghetto comme lui. C'est ainsi que Sugar Minott est crédité d'une autre étape importante du genre, à savoir la création de la première équipe de dancehall. Parmi les artistes qui ont fait leur entrée sous sa tutelle, citons Yami Bolo, Junior Reid, Garnett Silk, Tenor Saw, Tony Rebel, et bien d'autres.


D'autres opérateurs de systèmes de sonorisation tels que King Jammy's (Chaka Demus, Admiral Bailey) et Arrows Records (Brigadier Jerry, Papa San) ont contribué à faire évoluer le circuit local vers des rythmes informatisés et le Dancehall contemporain.


Comme l'indique une critique de Rubadub Revolution, "une foule de nouveaux chanteurs et DJs ont afflué vers les systèmes de sonorisation avec des paroles et un style qui parlaient du dancehall lui-même". Cette nouvelle race de "soldats dub" évitait le marché international et s'adressait aux Jamaïcains dans leur propre langue, en parlant de leurs propres préoccupations, du sexe à l'humour en passant par les problèmes quotidiens de la souffrance dans le ghetto. Un nouveau son était nécessaire et la musique sans compromis du dancehall moderne était née".


La culture du sound system était le modèle et le camp d'entraînement du dancehall authentique. La capacité d'une personne à cracher des paroles en direct, à faire du freestyle sur place, à obtenir un "forward" de la foule, à maintenir son niveau d'énergie, à endurer des heures de répétitions, à faire tomber les jambes, etc. était testée. Les artistes ont fait leurs preuves sur scène devant des masses capricieuses afin d'être jugés aptes à passer du temps en studio avec les producteurs "it" du genre.


Au début de l'ère numérique, les systèmes de sonorisation sont devenus un sport de compétition, de la taille des équipes à la hauteur des enceintes. Des noms comme "Killamanjaro", "Volcano Hi Power" et "Jack Ruby" (le grand-père de Sean Kingston) témoignent du calibre de chaque ensemble qui se bat pour la reconnaissance de la rue. Cependant, les railleries sur scène et sur les platines deviennent plus personnelles dans certains cas, et des actes violents pour des questions de classement et d'évaluation entachent la scène à l'approche des années 90.


À la fin des années 80, les sound systems avaient pratiquement abandonné leur costume d'artiste lourd au profit d'un nouveau style de jonglage - passer d'un morceau enregistré à un autre. L'affiliation de Ninjaman au sound system Killamanjaro serait le dernier exemple d'un deejay faisant partie d'un sound system. Le clash est également devenu un spectacle où deux groupes établis s'affrontent sur scène, comme la célèbre confrontation Beenie Man / Bounty Killer au Sting 1993.


Dans les années suivantes, la violence et la controverse ont mis un frein au phénomène. Une résurgence au milieu des années 90 était cependant déjà en route, et les populaires promoteurs américains Irish and Chin ont lancé leur série World Clash dans le Queens en 1998. C'est lors de l'événement de 1999 que le sound system japonais Mighty Crown a anéanti les concurrents jamaïcains Killamanjaro et Tony Matterhorn, remportant ainsi le droit de se vanter au tournant du millénaire.


Bien que Irish et Chin aient été critiqués pour le nouveau format, Garfield "Chin" Bourne a déclaré que le but du World Clash était de réduire les tendances indisciplinées et d'accroître le fair-play lors des événements de clash. Bien que l'intérêt pour cette forme d'art ait diminué sur le territoire national, elle est toujours bien vivante ailleurs - Royaume-Uni, Finlande, Italie, Allemagne, etc. - célébré pour son lien avec la marque Jamaica et sa dynamique engageante.


Ces dernières années, les marques commerciales ont intensifié leurs efforts pour jouer un rôle dans la préservation de cet aspect dynamique du Dancehall.


La marque de boissons énergisantes BOOM a exploité l'esthétique électrique de la culture clash, et organise le BOOM Sound Clash depuis 2015. Il met en scène des concurrents internationaux, des prix en espèces attrayants (300 000 dollars) et s'étend sur 11 semaines de batailles et d'éliminations.


L'entreprise mondiale Red Bull est également de la partie, "faisant revivre la tradition avec une disposition moderne".


Lors de l'édition 2016 du Red Bull Culture Clash à l'intérieur de l'O₂ Arena de Londres, Popcaan a battu Wiz Khalifa et Taylor Gang Entertainment avec un dubplate exclusif "One Dance" de Drizzy Drake qui a mis la foule en ébullition.


En 2019, le Red Bull Culture Clash est venu à Kingston pour un concours chargé avec quatre équipes de stars : Romeich Entertainment, Riddimstream Platta, Strike Force et Do It For The Culture. Ce dernier crew, composé de Salaam Remi, Spragga Benz et d'autres, est devenu champion, tandis qu'une autre bataille chaude est née après que Shenseea ait critiqué Jada Kingdom dans un freestyle épicé.


Le populaire sélecteur jamaïcain DJ Nicco a remporté le concours de DJ numérique Thre3style de Red Bull en 2012. Avec DJ Narity, qui a terminé troisième, il a connu un énorme succès grâce à cette plateforme et domine depuis lors les radios, les clubs et les soirées de la Jamaïque.

0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page