EXCLUSIVITE - INTERVIEW SISTA KAPPA - LÀGRIMA



Hello Sista Kappa ! Merci d'accepter une interview avec le Pull-Up MAG.

.1. Pull-Up MAG : Quand as-tu découvert la passion du chant, y a t'ils eu un déclic ?

Sista Kappa : "Quand j'étais petite, je chantais dans une Eglise. Mais après cette expérience, je n'arrivais plus à chanter en public. Par exemple, quand j'étais à l'université, je faisais partie d'une école d'art dramatique à Salamanca (Espagne); mais j'avais honte quand il fallait réaliser les exercices de chant. J'étais bloquée, chanter devant les gens était l'unique gros tabou de ma vie.

En février dernier au brésil durant un rituel Ayahuasca, je me suis sentie de nouveau libre et j'ai commencé à chanter devant des gens. Cette nuit, j'ai décidé de me testé avec cette pratique et j'ai commencé à prendre des cours de chant lorsque je suis rentrée à Barcelone, en Europe."

.2. Pull-Up MAG : Ta famille et tes amis t'encourage t'ils a devenir chanteuse ?

Sista Kappa : "Beaucoup de mes amis m'ont toujours poussé à chanter parce que grâce à mon corps j'ai une voix forte, mais personne ne s'attendais au fait que je puisse facilement contrôler ma voix comme je l'ai fait ces derniers mois, même pour moi ce fût une immense surprise."

.3. Pull-Up MAG : Comment définirais tu ton identité musicale ?

Sista Kappa : "C'est le point le plus dur. Je ne peux pas encore définir mon identité musicale car je suis habituée à écouter pleins de genres musicaux différents, même si cela reste en majorité de la black musique et du reggae.

Quand j'étais danseuse j'ai évolué avec les musiques latinos, quand j'étais adolescente j'écoutais du punk, du rock psychédélique, de l'électro mais dès que je suis allée pour la première fois au Rototom Sunshplash j'ai été directement enivré par les vibrations du reggae.

Si tu écoutes "Lágrimas" par exemple, le fond sonore c'est du dub, mais il y a aussi une forte influence de Giovanni Lindo Ferretti, un artiste italien connu pour sa musique punk des année 1980. C'est ce que j'aime la fusion (le mélange/mix) des genres."

.4. Pull-Up MAG : Beaucoup te connaissent en tant que Katia Brollo, grâce à ton travail au Rototom SunSplash. Pourquoi as-tu voulu participer à l'aventure Rototom ? Qu'est ce que ça t'apporte ?

Sista Kappa : "Je ne le voulais pas... Enfin je veux dire, c'est pratiquement par accident; je suis née et j'ai grandis à Osoppo, le village dans lequel le Rototom était monté de 2000 à 2009 et la première fois que je l'ai fait j'étais une adolescente curieuse... Je suis tombée amoureuse dès le premier signe !

J'ai commencé en nettoyant les salles de bains du festival quand j'étais très jeune, puis je suis allée en Espagne étudier, quatre ans plutôt le festival bouger là bas. Je pense que la destinée a un gros rôle à jouer dans cette histoire..."

.5. Pull-Up MAG : Avant que tu sortes Lágrimas nous ne savions pas que tu étais, aussi, une formidable chanteuse. Pourquoi avoir un peu gardé secret ton talent de chanteuse ?

Sista Kappa : "Ahhaha, c'était un secret pour moi aussi, C'est pour ça que je pense que la personne la plus surprise en écoutant cette track c'était moi. Je me suis sentie vraiment fière de moi, je sais que je dois continuer à travailler ma voix, mais je suis contente du premier résultat."

.6. Pull-Up MAG : La chanson a déjà fait ses débuts dans la radio Canary : Kanarias Reggae Radio, il y a quelques semaines. Pourquoi dans cette radio en particulier ? Aimes-tu cette radio ?

Sista Kappa : "La destiné.. J'étais en vacance à Tenerif et un grand ami à moi, avec qui je vivais à Salamance quelques années auparavant, m'a demandé de parler entre nous en live pour le Rototom lors de son programme. Je pense que c'est l'un des meilleurs programmes de reggae que l'on peut écouter en Espagne et c'était drôle de lui dire : "Allons jouons un beat de mon premier son...". Je pense que le point le plus important quand tu fais quelque chose avec passion est de le faire avec plaisir, humilité et une énergie positive, comme ça tout roule..."

.7. Pull-Up MAG : Maintenant, il a atteint Soundcloud, les plates-formes numériques et même notre site internet ! Pensais-tu que Lágrimas serait aussi bien aimé ?

Sista Kappa : "Je dois être sincère : Oui. Mais je ne sais toujours pas si c'est parce que je connais beaucoup de fans de reggae et qu'ils l'ont écoutés parce qu'ils étaient curieux ou s'ils ont aimés. J'ai reçu beaucoup de mise en avant, mais je ressens que j'ai une bonne énergie avec les gens et pas beaucoup de haineux, donc je dois chanter une autre chanson pour voir si les gens aiment vraiment ma voix (sourire)."

.8. Pull-Up MAG : Le rythme numérique est fait par Dub Jimmie Troubles. Est-ce un ami à toi ? Comment vous êtes vous rencontré ?

Sista Kappa : "Durant ma période à l'université de Salamanca, il y avait un gros mouvement artistique en ville. Jimmie Dub Troubles était l'un de mes meilleurs amis à cette époque et il jouait du reggae, roots, dub, dubstep dans le très fameux "Afrobeat", un crew de DJ qui enflammaient les nuits de Salamanca et qui ont ramenaient les vibes de la black music en ville. Nous sommes restés de très bons amis et nous nous voyons, quand nous pouvons, parce qu'il habite à Londres où il dirige Fat Bird Records."

.9. Pull-Up MAG : Nous retrouvons aussi Danny Tree au mixage. Raconte nous un peu.

Sista Kappa : "Avant Nöel, j'étais impatiente et je voulais enregistrer ma musique comme un cadeau pour ma famille et mes amis, Cai Kinghorror m'a offert la possibilité de poser ma voix dans son studio et Danny qui travaille là bas. J'ai pu être présente pendant le mix et c'était un moment super fun pour moi ! Merci les gars !"

.10. Pull-Up MAG : Est-ce toi qui écrit les paroles de Lá Grimas ? Pourquoi c'était important de parler de ça, plutôt que d'un autre sujet ?

Sista Kappa : "J'ai quitté la maison quand j'avais 19 ans et j'ai appris comment être une personne introspective, beaucoup de gens me connaisse comme étant drôle et fêtarde, mais j'ai une autre part de moi qui est toujours en train de méditer et de parler en moi-même.

Je suis sincère donc parfois je pleure, parce que c'est important pour moi de jeter l'énergie négative, aller de l'avant et apprendre des erreurs que nous faisons dans nos vies. Mon premier son c'est moi, c'est le meilleure moment introspectif que j'ai durant ces dernière année."

.11. Pull-Up MAG : Tu m'avais dit lors de notre dernière conversation qu'il y allé avoir une suite avec d'autres versions. Qu'as-tu prévu pour la suite ?

Sista Kappa : "Maintenant, je suis à la recherche d'un nouveau riddim pour chanter mon deuxième son, mais je veux écouter d'abord la musique pour composer les paroles. La musique m'aide à poser les mots et les images que je souhaite représenter dans les sons.

.12. Pull-Up MAG : Qui a pris la photo de ton visuel pour Lágrimas ?

Sista Kappa : "Moi, je me suis réveillée un matin sur ma terrasse à Barcelone, j'ai aimé la lumière du soleil qui rayonnait sur mon visage, et j'ai pris la photo. J'ai réalisé que c'était une cover (couverture) parfaite pour Lágrimas."

.13. Pull-Up MAG : As-tu déjà fait des concerts sur scène ? Si oui, combien et où ? Si non, est-ce en projet ?

Sista Kappa : "Non, c'est la prochaine étape, ce n'est pas facile mais j'essayerai. Néanmoins se serait bien de chanter avec d'autres femmes, car je pense que c'est le temps pour les femmes dans la musique, nous devons affronter la discrimination masculine, en particulier dans le reggae".

.14. Pull-Up MAG : Quels sont tes projets dans la musique ? Veux-tu t'engager dans une carrière de chanteuse en solo ?

Sista Kappa : "Je ne veux vraiment pas me concentrer sur mon futur en tant que chanteuse, comme une carrière, ou à des buts professionnels. Tout ce que j'ai fait et ce que je ferais sera concentrer sur mon épanouissement, la joie que je peux en recevoir et mes objectifs personnels que je veux atteindre. Un jour ma passion est devenue mon boulot, je ne veux pas faire la même chose avec la musique."

.15. Pull-Up MAG : Comment définirais tu le Dub ?

Sista Kappa : "Pour moi la dub est un genre de reggae qui atteint ton âme grâce aux basses et pas simplement d'un point de vue figuratif."

Interview Ecrite par Pull-Up MAG

Traduction de l'anglais au français par Badrane Lejeune.


La photographie en noir et blanc de la sublime Sista Kappa a été faite par Maria Stawska :

https://www.facebook.com/stawskaphoto/

ECOUTE LÀGRIMA Ici => http://www.pullupmag.com/sista-kappa-lagrimas-audio

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

INTERVIEW SISTA KAPPA - LÀGRIMA (IN ENGLISH)

Hello Sista Kappa!

First thanks to accept an interview with Pull-Up Mag.

1> When did you became passionnate about singing ?

Sista Kappa : When I was a child I used to sing in the Church but after that I could not sing anymore in public. For example the time I was attending the university I was part of a drama school in Salamanca (spain) but I just felt ashamed when I had to do the voicing exercises. I was blocked, singing in front of people was my only big tabu in life. Last February in Brasil during an Ayahuasca ritual I free up once again myself and I started to sing in front of people. That night I decided to test myself and started to take singing classes in Barcelona once I come back to Europe.

2> Your family and friends encourage you to become a singer ?

Sista Kappa : Many of my friends always pushed me to sing because thanks to my body I have a strong voice but nobody expected that I could easily control it as I did in the last months, even for me was a big surprise.

3> How can you define your musical identity ?

Sista Kappa : That's the harder point. I still can not define my musical identity because I used to listen to different kind of music, almost black music and reggae. Once I was a dancer I grew up listen to Latin music, when I was teenager I also listen to punk, psychedelic rock, electro music but as soon as I visit Rototom Sunsplash for the first time I was hit by the reggae vibes… If you listen to “Lágrimas” for example the background is dub but there is a big influence of Giovanni Lindo Ferretti, an Italian artist knew for his punk music in the 80es and that´s why I like it, it is a fusion

4> A lot of people know you thanks to your work at the rototom sunsplash.

Why did you wanted to participate at the rototom adventure ? What is bringing to you ?

Sista Kappa : I did not want it… I mean, it was almost by accident: I was born and grow in Osoppo, the village were Rototom Sunsplash was held from 2000 to 2009 and the first time that I join it I was a curious teenager… It was love from the first sign! I started cleaning the bathrooms of the festival when I was really young and than I moved to study in Spain 4 years before the festival moved there, I think the destiny had a big role in this story

5> Before Lágrimas came out we didn't know that you was a great singer.

Why did you keep this talent secret ?

Sista Kappa : Ahahah, was secret also for me, that's why I think that the most surprised person who listen to the track was me, I felt really proud of myself, I know I have to continue to work on my voice but I´m happy with the first resulte.

6> This song start to turn at Kanarias Reggae Radio few weeks ago. Why this radio in particular ? Do you like this radio ?

Sista Kappa : The destiny… I was on holidays in Tenerife and Javadub, a big friend that was living with me in Salamanca years ago asked me to do a live interview for Rototom on his program. I think is one of the best reggae programs that we can hear in Spain and was funny to say him: so lets play a bit of my first song… I think that the most important point when you do things with passion is to do them with fun, humility and positive energy so that everything flows

7> Now the song is on Soundcloud and many different social plateforms and also on our website ! Did you think before that Lágrimas will be such appreciate by people ?

Sista Kappa : I have to be sincere: yes. But I still do not know if it is because I know a lot of reggae fans and they listen to it just because they were moved by curiosity or if they liked it. I received a great deal of forwards but I feel that I have a good energy with people and I do not have so many haters, so… I have to sing another one to check if people really like my voice :-)

8> The digital riddim made by Dub Jimmie Troubles. Is it a friend of you ? How did you met each other ?

Sista Kappa : During the University period in Salamanca there was a big artistic movement in town. Jimmie Dub Troubles was one of my best friends at the time and he was playing Reggae Roots, Dub, Dupstep in the so called "Afrobeats" a DJ crew that inflamed the Salamanca nights and spread the black music vibes in town. We are still good friends and we meet each other when it is possible because he lives in London where he runs Fat Bird Records.

9> We can see also Danny Tree at the mix. Is going to be the one how will do your futurs mixtapes ?

Sista Kappa : Before Christmas I was impatient and I wanted to record my song as a present for my family and friends, Cai Kinghorror offered me to grab my voice in his studio and Danny is working there, I could be present during the mix and for me was really a funny time! thanks guys!

10> Did you wrote yrics of Lágrimas ? Why it was important to talk about that than an other subject ?

Sista Kappa : I left home when I was 19 years old and I learn to be a very introspective persons, many persons know me as a funny and party girl but I have another side that always meditate and speaks within myself, I'm sincere so sometimes I cry because it is important for me to throw the negative energy, step forward and learn from the mistakes we make in our lives. My first song is me, my best introspective moment I had in the last years.

11> You told me during our first conversation that they will have a following up of this title and different versions. What did you planify next then ?

Sista Kappa : Now I'm searching for a new riddim to sing my second song, but I want to listen to the music before I compose the lyrics because music helps me to flow the words and the images I want to represent in songs.

12> Who took the picture for your visuel for Lágrimas tune ?

Sista Kappa : Me, I just wake up one morning in my terrace in Barcelona, I liked the light the sun was placing on my face and I took it, than I realized that was a perfect cover for Lágrimas.

13> Did you made already shows on stage ? If yes, how many and where ? If not, is it in your futur project ?

Sista Kappa : No, this is the next step, it is not easy but I will try, would be nice to sing with other girls because I think that this is time for girls in music, we have to face down the male discrimination particularly in reggae.

14> What are your projects in music ? Do you want start a solo carrier ?

Sista Kappa : I really don t want to focus my singing future on a career or on a professional goal. Everything I did and I will do will be focus on myself, the fun I can receive from this and the personals goals I want to reach. Once my passion became my job, I do not want to do the same with music.

15> How can you define Dub ?

Sista Kappa : For me Dub is a kind of reggae music that hit your soul with the basses, not just in a figurative way.

Interview Written by Pull-Up MAG

Translation from French to English by Badrane Lejeune (Media Manager Dub Force Radio).

LISTEN LÀGRIMA => http://www.pullupmag.com/sista-kappa-lagrimas-audio

#Interview #ChroniqueAlbum #DubplatePullUpMAG #Sound

Abonnez-vous à notre site

2011/2019 Pull-Up MAG, All rights reserved.