Happy Child Riddim


Tracklist

01. Anthony John – Take A Look

02. Bionic Clarke – Give A Little Love

03. Naptali – Happy Child

04. Hyh Volume – Jah Love

05. I Anbassa – Hold It Strong

06. King Hopeton – Children Of The Ghetto

07. Leah Rosier – Rasta Children

08. Lee Scratch Perry – Happy Birthday

09. Sabolious – Happy Breeze

10. Happy Child Instrumental


Après une quinzaine d'années de travail, une maison de disques a finalement publié un grand disque, avec des artistes vraiment légendaires. L'attente en a-t-elle valu la peine ? Absolument.


Happy Child Riddim, sorti par Anotha One Productions, a vu le fondateur du label, Milan Ivkovic, composer le riddim initial en 2005. Le premier artiste a enregistré leur interprétation en 2006. Avance rapide jusqu'en septembre 2020, et l'artiste final a ajouté sa part. C'est un sacré voyage pour un riddim. Mais il est intéressant de noter que la durée a joué en sa faveur - et la composition de base est une pièce musicale très aboutie.


Elle est tout à fait à l'aise avec le reggae familial qui s'est imposé cette année : de l'album Live in LA d'Aaron Nigel Smith à More Family Time de Ziggy Marley - la musique accessible à tous les âges a connu une renaissance en 2020. Happy Child Riddim s'inscrit parfaitement dans ce contexte. Le mixage des voix d'Alex ThreeLake est stellaire ; une grande partie des voix de fond ont été fournies par la talentueuse Lymie Murray et Umberto Echo a appliqué sa main habile au maître final.



Il y a quelque chose d'insouciant et de presque innocent dans la composition d'Ivkovic. Il y a quelques artifices Reggae fondamentaux en jeu, qui donnent au riddim sa structure. Les touches ont un rythme de bulles qui, à certains moments, ont une bonne dose de réverbération et de désintégration. Les guitares électriques se débrouillent avec les touches les plus légères ; encore une fois, avec un peu d'ingénierie légère. La batterie est sur un rythme régulier, où le coup de pied et la caisse claire se concentrent sur le deux et le quatre, avec les charlestons qui remplissent l'espace de respiration entre les deux. La basse, quant à elle, évite généralement le rythme traditionnel de drop beat, offrant quelque chose de plus complexe qui donne de l'élan à Happy Child Riddim. Mais dépassez ces éléments rudimentaires, et la composition prend tout son sens.


Un riff secondaire de guitare électrique avec le timbre de Cali/Surf Rock - le médium et l'aigu sur l'ampli vers le haut, pour créer un son pleurnichard et légèrement râpeux ainsi qu'un joli pliage. Un orgue électrique exécute parfois un rythme effréné de bulles embellies, frappant deux crochets puis un crochet. Puis, il divise par deux le temps de ce rythme - avant d'exécuter quelques riffs chargés de vibrato, également. La ligne des touches se déplace souvent bien au-delà d'un rythme de bulle, exécutant un motif rythmique qui sert de contre-mélodie mélodique. On y trouve une merveilleuse inclusion d'une flûte, qui s'écarte de temps en temps. Les percussions supplémentaires se présentent sous la forme de blocs, de guiro, de tambourin et de rouleaux supplémentaires de style militaire sur la caisse claire.



Ce sont ces caractéristiques supplémentaires qui contribuent à cimenter l'ambiance familiale de Happy Child Riddim ; on peut presque imaginer un groupe de personnes, jeunes et moins jeunes, jouant sur l'ensemble des instruments. Ensuite, Ivkovic a également ancré ce sentiment dans l'arrangement et les performances. Les touches, les guitares, l'orgue et la basse jouent toutes des notes (courtes) staccato - tout est très précis et très découpé, ce qui donne au Riddim un rythme très rapide et urgent - mais l'ambiance est presque curieuse et enfantine. Ce souci du détail est excellent et la pièce finie est un véritable morceau d'anthropomorphisme musical, une représentation auditive d'un "enfant heureux" explorant le monde. Elle est ensuite enrichie par le bref passage des tonalités majeures aux tonalités mineures, représentant la trépidation et la nervosité d'un enfant qui fait l'expérience de nouvelles choses. Inscrivez-vous sur la liste des artistes pour en profiter.


Tout d'abord, Anthony John nous donne "Take A Look". Sa voix est riche et convaincante, travaillant sur un registre de ténor aigu avec un timbre agréable et une bonne utilisation du vibrato. Son choix de mélodie s'accorde bien avec le riddim - mais c'est ce qu'il a fait sur le plan lyrique qui montre son talent. Les paroles positives sur la façon dont les enfants naissent tous de la même façon, quelle que soit leur origine ethnique, se retrouvent dans la tonalité principale. Ensuite, lorsque le morceau passe au mineur, John nous raconte ce que le système leur fait. Enthousiasmant et bien pensé, dans l'ensemble. Écoutez l'émission Take A Look ici.



Give A Little Love est de Bionic Clarke. Son interprétation est plus sobre que celle de John - plus équilibrée et plus longue en termes de choix de la structure mélodique et rythmique ; il étend la majorité des notes et travaille également sur un registre plus grave. Ces extensions montrent le contrôle que Clarke exerce sur sa voix, tout comme certains vibrato allongés qu'il réserve aux parties finales des notes. Sur le plan lyrique, Clarke dégage une certaine positivité, prônant le pouvoir de l'amour et la nécessité de le répandre dans le monde entier. Écoutez Give A Little Love ici.


Hyh Volume livre Jah Love. Ici, il prend le riddim dans une toute autre direction - en y intégrant des éléments distinctement Soul. Sa voix est riche et résonnante, travaillant sur un fort registre de ténor supérieur dont le centre est assis haut dans ses voies aériennes supérieures ; presque nasal en fait. Il fait de merveilleuses torsions de voyelles, transformant les "ohs" en "ows", etc. Sa ligne vocale secondaire répond parfaitement aux appels de la ligne principale. Et, sur le plan des paroles, il est également parfait, non seulement en faisant de l'ouverture une structure presque pépinière, mais aussi en incluant un pont chanté. La perfection. Écoutez Jah Love ici.


I Anbassa nous donne Hold It Strong dans son propre style, imitable. Il a une voix immédiatement reconnaissable, assise dans un ténor aigu et râpeux qu'il met ici à profit. Il se concentre davantage sur les motifs rythmiques que les artistes précédents - il prend une structure de base en forme de strophe et l'embellit ensuite. Le pont est bien placé, servant de pause vocale avec un peu de spoken word et un accompagnement doux. Et sur le plan des paroles, Anbassa a fait monter les enchères, discutant du contexte historique des luttes actuelles du monde. Il y a quelques belles touches de dub dans l'ingénierie vocale et Hold It Strong est une œuvre solide. Écoutez Hold It Strong ici.



Children Of The Ghetto du roi Hopeton emmène l'enfant heureux Riddim dans un endroit plus sombre sur le plan lyrique - mais il fonctionne toujours sur un fond musical insouciant. Il commence le morceau par une ouverture nettement chorale, avant de se détendre dans une performance hybride Reggae-Soul : rythmiquement à l'aise dans le premier, interprétativement dans le second. Mais c'est la performance de Hopeton qui se démarque vraiment. Il l'augmente en hauteur et en urgence au fur et à mesure que le morceau progresse, construisant le crescendo pour se marier avec les paroles. Celles-ci sont fortes aussi - elles discutent de la façon dont le système abandonne les jeunes à une vie de pauvreté et de misère. Des œuvres puissantes. Écoutez Children Of The Ghetto ici.


Leah Rosier a été la première artiste à fournir une interprétation de Happy Child Riddim, en 2006. Elle la livre, Little Children, avec aplomb. Elle a une voix agréable - assise principalement dans sa poitrine, même dans son registre le plus aigu, elle a un son clair et une capacité habile à maintenir la tonalité sur des phrases mélodiquement et rythmiquement complexes. Elle est capable de maintenir la tonalité dans des phrases mélodiquement et rythmiquement complexes. Elle utilise aussi l'énonciation pointue (note "run, run, run him down"). Le morceau est lyrique et émotionnel - et, si l'on considère qu'il a été écrit il y a plus de dix ans, il sonne toujours aussi frais. Écoutez Little Children ici.


Avance rapide jusqu'en septembre 2020, et le légendaire Lee Scratch Perry a enregistré sa version : Happy Birthday. Aujourd'hui, alors qu'il en est à sa huitième décennie sur cette planète (84 ans, en fait), il est toujours aussi convaincant et stimulant. Le morceau est une brillante interprétation du riddim, avec un chant qui apporte des éléments de Dub, affinant le style pour lequel l'artiste est renommé. Perry respire la positivité sur l'ensemble du morceau et, techniquement, il interprète de superbes riffs vocaux sur des rythmes intéressants. Le riddim a également été légèrement modifié, avec l'ajout d'une instrumentation de batterie dub supplémentaire, et l'ensemble est tout simplement magnifique. Écoutez Happy Birthday ici.


Naptali est un autre artiste qui a presque le statut de vétéran. Ici, sur la chanson titre du riddim, il donne une performance parfaitement placée pour le sens de la composition ; les voix sont ici mixées par Umberto Echo. Sa voix est très bien maîtrisée et son timbre est parfaitement adapté à la situation. Il fait également preuve d'un contrôle remarquable du souffle, même dans le haut de son registre et sur des phrases assez longues. Son utilisation du rythme est très bonne, ce qui augmente la complexité du morceau au fur et à mesure de sa progression. Et son sermon sur notre responsabilité collective envers les enfants, qui sont bien sûr l'avenir, est poignant et réfléchi. Une interprétation appropriée pour le riddim dans son ensemble. Écoutez Happy Child ici.


Sabolious fournit la seule interprétation instrumentale du Riddim de Happy Child - et le saxophone est l'instrument parfait pour le faire à travers Happy Breeze. L'habileté de l'artiste ne fait aucun doute, il utilise ici le saxophone comme une véritable voix, passant d'un phrasé legato prolongé à des sections plus pointues et toniques. Son utilisation du vibrato s'apparente à celle d'un chanteur de Soul humain, le prolongeant et changeant de rythme d'une note à l'autre. Le ton crescendos et decrescendos est bon ; son utilisation de passages rythmiques occasionnels mais détaillés est pointue - et dans l'ensemble, Sabolious a donné un vent léger, aérien et chaud qui souffle sur le riddim ; ce qui convient au titre, Happy Breeze. Écoutez Happy Breeze ici.


Happy Child Riddim, c'est quelque chose. Musicalement intelligent, détaillé et tout à fait adapté à son titre, Ivkovic et Anotha One ont produit quelque chose d'intemporel et de séduisant. La liste des artistes est longue, et tous apportent quelque chose de différent à la table. Dans l'ensemble, ce projet est une belle façon de terminer l'année, et un début d'année 2021 tout aussi beau, plein d'espoir et de dignité. De première classe.



Abonnez-vous à notre site
© Copyright

2011/2021 Association Art & Culture, All rights reserved.