INTERVIEW : CHARLIE P & SPENG BOND – INTERNATIONAL DUB GATHERING #2


L’interview en vidéo des deux artistes, réalisation orale par Badrane Lejeune :


Badrane : Vous étiez déjà à ce festival l'an dernier ?

Speng Bond & Charlie P : Oui, j’étais là, l’année dernière !

Badrane : Que pensez-vous de la première édition de l'International Dub Gathering ?

Charlie P : Elle était très bien. Le festival s’est carrément agrandi, cette année. Donc un bon point avec plus d'espace, cette année.

Speng Bond : La vibration est toujours là. J’ai un bon sentiment concernant l’édition précédente et cette année encore, et c’est vrai que c'est définitivement plus grand cette année.

Badrane : Il y a beaucoup plus de place et de salles cette année, c'est sûr ! Vivez-vous tous les deux dans la même ville, en Angleterre ?

Charlie P : On vit tous les deux en Angleterre, mais dans deux villes différentes.

Moi j’habite dans un endroit qui s’appelle, Southampton, à la sortie de Londres, à Southampton FX.

Speng Bond : J’habite à Slough. Juste à la sortie de Londres. C'est une petite ville à la sortie de Heathrow, à quinze minutes de Londres.

Badrane : Quand avez-vous commencé à chanter ? Et par définition, plus généralement, à entrer dans la musique ?

Charlie P : J’ai commencé quand j’avais 5 ans. J’avais déjà pour habitude de chanter, du motown, du blues, des chansons soûl, ça a duré quelques années.

Et puis vers mes 6, 7 ans (l'âge de raison) j’ai commencé à chanter dans un groupe de reggae-roots, un band local, appelé "Goldmaster Allstars".

J’ai commencé avec eux en tant que chanteur, jusqu’à mes 13, 14 ans. Et j’ai débuté les performances vocales en sounds systems, et c’est allez de façon plus intense, et de mieux en mieux.

Badrane : Et pour toi Speng Bond ?

Speng Bond : J’ai commencé à enregistrer, mon premier record vers 1982-1983. Ma première chanson était avec le groupe "The Remedy" qui se nommé "M.P.L.A" avec mon frère Echo. Il avait trouvé ce son qui venait de "Tappa Zukie", de Jamaïque. Et j'ai posé mes lyrics dessus...

Mais, j'ai commencé bien avant ça la musique, nous avons commencé bien avant.

Badrane : Oui, l'inspiration vient de plus loin...

Speng, tu m'avais dit avoir une famille de musiciens, des mélomanes ? Tes parents ont connus dans amis qui avaient des sounds systems quand tu étais jeune ?

Speng Bond : Oui, il y avait toujours de la musique dans mon enfance, j'étais entouré par elle.

Badrane : En effet, ton inspiration vient de très loin.

Speng Bond : Oui, oui c'est vrai ! Depuis bien longtemps, depuis mon enfance.

Badrane : Comment pourriez vous définir ce qu'est le dub ? Qu'est-ce que cela signifie pour vous ?

Charlie P : Pour moi, beaucoup de gens catégorisent le dub. Pour moi, ce n'est pas du dub, c'est de la musique. Je veux parler de toutes les nuances du reggae. Je ne veux pas seulement être catégorisé comme un partisan du dub ou du dancehall.

Je veux briser les barrières, arrêter d'être mis dans une catégorie spécifique. Je pense réellement que tu peux aimer le reggae et faire divers types de reggae, du moment que tu le fais avec qualité, tu seras respecté. Je ne veux pas être mis dans une case, tu vois ce que je veux dire ? Diversifier les styles.

Badrane : Mixer les genres... Je pense d'ailleurs que toutes les musiques ont de mêmes origines et de mêmes racines.

Badrane : Pourquoi chantes-tu avec O.B.F Sound System ? Pourquoi performes-tu en tant que M.C pour ce sound en particulier ?

Charlie P : Parce que les membres d'O.B.F sont mes frères depuis longtemps. C'est différent avec certaines personnes, car je peux ressentir une vibe positive avec certains crew et c'est ce que je ressens avec eux. Avec O.B.F, on a une réelle connexion, que ce soit en amitié ou pour la musique.

Je sais que ça marche ce que nous faisons, notre collaboration fonctionne. Pour le futur, Charlie P et O.B.F ont beaucoup en commun, beaucoup de projets à venir.

Badrane : Speng, as tu aimé réaliser une performance sur des productions d'Atilli, comme ton fameux titre "Sweet Like Sugar" ? Tu apprécies ce qu'il fait, ses remix ?

Speng Bond : Oui, j'apprécie man. Attili avec "Sweet Like Sugar" et d'autres qui arrivent, j'ai de très bonnes chansons pour eux. Attili est une personne sympathique...

Badrane : Quelle est la dernière production musicale où tu as posé ta voix ?

Speng Bond : Avec Atilli ?

Badrane : Non, juste ta dernière apparition sur une production musicale. C'était il n'y a pas si longtemps, c'est bien ça ?

Speng Bond : C'est exacte, le titre "Outta Road" et d'autres à venir avec Atilli, deux autres très bons sons, notamment. J'ai beaucoup de projets à venir, il y a un avec l'un de mes frères brésiliens, et un morceau qui s'appellera "World War".

Badrane : Et de quoi parle-t'il ?

Speng Bond : (improvisation de speng à regarder dans la vidéo de l'interview)

L'artiste nous parles de manière engagée, son discours touchant les domaines de l'actualité qu'il juge à juste titre trop peu équitable : immigrés rejetés / politiciens abusant de leur pouvoir pour contrôler les masses... À suivre !

Badrane : Avez-vous des sounds systems préférés ? Si oui, lesquels pouvez-vous vous nous citer ?

Charlie P : Je ne peux pas en choisir un.

Badrane : Peut-être des sounds systems ne datant pas d'aujourd'hui ? Peut-être n'existent-ils plus ? Quel fût surtout votre plus beau ressentie pendant une performance avec un sound system ?

Charlie P : Beaucoup de sound systems m'ont inspiré. Pour moi... Mon père a grandi en écoutant Jah Tubbys, il a beaucoup de ses sessions quand il avait mon âge. Donc j'ai cette inspiration, cet héritage familial. Mais je ne pourrais quand même pas choisir un sound en particulier.

Badrane : Et pour toi, Speng, ton sound system préféré ?

Speng Bond : Coxsone man, c'est le général dans le sens du "pionnier" je veux dire, oui man...

Badrane : Oui, tôt dans les années 1960, Coxsone, ce sont les fondations !

Charlie P : Oui c'est vrai, il est le général !

Badrane : Pourquoi êtes-vous tout deux allés vers le monde du reggae-dub ? Toi, Charlie, tu disais être de tous les styles musicaux, donc surtout toi, Speng, tu es vraiment un artiste de sound system ?

Speng Bond : J'ai eu comme un énorme sentiment qui est venu en moi quand j'étais petit, j'étais attiré par ce monde de lumière. Tu sais, avant, dans les sessions, sur les sounds systems, il y avait un tas de jolies lumières qui s'illuminaient. J'étais habitué à aller chaque weekend avec mes parents à des mariages ou à des soirées, de famille, d'amis. Surtout...

Charlie P : Dans quel coin ?

Speng Bond : A Birmingham... de très beaux souvenirs pour de très bonnes sessions.

Tu sais les artistes qui jouaient de la musique en session étaient des amis à mon père, ils se faisaient nommer "Quaker City". Quaker City était un des sounds les plus connus là-bas. J'ai encore le souvenir que l'un s'appelait "Fier" parce qu'ils étaient ma famille, de mes amis. Tu sais, ma mère était de Manchester... Haa tu sais la musique est venu en moi.

Charlie P : Oui, ça arrive parce que ça arrive.

Badrane : Avez-vous déjà joués avec des groupes en live band ? Charlie, toi de fait, oui, de par ta formation.

Charlie P : C'est comme ça que j'ai commencé, quand j'étais très petit. Speng Bond : Jamais vraiment, non.

Badrane : Tu ne prends le micro qu'en session sound system dub ?

Speng Bond : Oui que pour le dub, en session sound system.

Badrane : Charlie as-tu un message à faire passer aux internautes qui te suivent ?

Charlie P : Tout ce que je veux dire, c'est de regarder vers l'avenir, dans le futur, pour mes projets par exemple. Depuis ces dernières années, j'ai réalisé la construction d'une fondation et d'un studio de musique professionnelle. Je commence donc à travailler pour ce label qui se nomme "Box Man Records". Et dans les prochaines années, vous allez en entendre parler !

Il y a plein de gros projets à venir pour ma part, dont un album avec O.B.F Sound System l'année prochaine, sur lequel nous travaillons depuis déjà pas mal d'années. Et que nous venons seulement d'annoncer; beaucoup de choses sont en marche. C'est un moment excitant pour moi. N'oubliez pas restez connecté, à l'écoute, prêt pour le prochain album, car ça va être grand ! Nous "bûchons" dessus depuis longtemps.

Badrane : Et toi Speng, as tu encore des choses à nous dire sur toi ?

Speng Bond : Les gens viennent pour m'écouter parce que pour eux m'écouter sur un enregistrement sonore et me voir dans une session sont deux prestations totalement différentes.

C'est vraiment deux performances distinctes, deux pouvoirs, deux puissances non- similaires. Le studio t'apporte un pouvoir différent sur la musique, que le pouvoir que tu possèdes dans une session live... Tu vois ce que je veux dire ?

Charlie P : Speng est un performeur. Il a besoin d'être dans une session, car en live il est possible de faire tant de performances. Speng doit être ce bois, de ceux qui improvise devant la foule.

Badrane : C'est ça qui est magnifique.

Charlie P : C'est ça l'univers des sounds systems, c'est pour ça que l'on aime autant ça, parce qu'on a besoin de cette énergie d'improvisation, de se passer le micro. C'est presque intuitif, je vais entendre Speng dire certaines paroles, parce qu'il dit ces paroles, je vais alors en dire d'autres et tout s'enchaîne. C'est cette énergie positive, de la session live...

Speng Bond : A chaque fois que je vois le monde autour, tu sais.. Charlie P : C'est ce qu'on fait, c'est ce qu'on aime.

Badrane : Vous gardez bien l'esprit et l'âme d'origine des sounds systems. Charlie P : Gardez l'origine, c'est la base.

Speng Bond : Faire des enregistrements, c'est bien, mais venir nous supporter en session live, c'est là qu'on le ressent le mieux.

Charlie P : L'énergie est là, elle circule, c'est la vibration.


Création : Elena Pull-Up MAG

Direction artistique : Florent Daviot

Réalisation oral / Traduction - Interprétation : Badrane Lejeune

#DubForceRadio #Artisteàsuivre #Actualitée #PullUpMAGTV #Partenaire #Exclu #SoundSystem #Interview #Festival

Abonnez-vous à notre site

2011/2019 Pull-Up MAG, All rights reserved.