Actu : La star du Dancehall et du Reggae Buju Banton est libre.

Mis à jour : 12 janv. 2019



Banton, qui a été condamné dans une salle d'audience à Tampa en 2011 pour des infractions liées à la drogue, a été libéré vendredi de l'Institut de correction privé McMcRae, en Géorgie, a déclaré un responsable de la prison.


La star de la musique âgée de 45 ans devait retourner dans sa Jamaïque natale. Une vidéo montrant un homme qui serait Banton embarquant dans un avion a été publiée sur Twitter vendredi et les hashtags #freebuju étaient omniprésents sur les médias sociaux.


Né Mark Myrie, il a passé sept ans dans une prison fédérale dans l’une des affaires les plus médiatisées jugées par le tribunal de grande instance Sam M. Gibbons, au centre-ville de Tampa.


Le Guardian a écrit que Banton serait «l’arrivée la plus attendue en Jamaïque depuis l’empereur éthiopien Haile Selassie en avril 1966.» Des responsables jamaïquains ont confirmé au journal britannique que l’artiste était censé retourner dans son pays d’origine.



Elevé à Kingston et surnommé «Buju» par sa mère, il s'est fait connaître très tôt dans les années 1990 en tant que premier artiste de dancehall. Selon le Guardian, il a battu le record de singles n ° 1 de la légende du reggae, Bob Marley, dans les charts jamaïcains en 1992.


Mais Banton a également fait l'objet d'une condamnation internationale pour une chanson violemment homophobe qui "incitait ouvertement à tuer des homosexuels", selon le Guardian. En conséquence, 28 de ses émissions ont été annulées de 2005 à 2011. En 2007, le journal a déclaré qu'il s'était juré de ne plus jamais inciter à «la haine ou la violence».


Ses problèmes juridiques ont commencé lors d'un vol entre l'Espagne et les États-Unis en 2009. Banton était assis à côté d'un informateur dont les agents fédéraux avaient versé 3,3 millions de dollars sur 14 ans. L'accusation a déclaré que Banton s'était vanté de son rôle dans un grand réseau de contrebande de cocaïne et avait parlé à l'informateur de la possibilité de conclure un accord.


Le procès a débuté le 14 février 2011, le lendemain de sa victoire au Grammy du meilleur album reggae, Before the Dawn, enregistré avant son arrestation.


Lors de son procès à Tampa, les procureurs fédéraux ont montré au jury des enregistrements audio et vidéo de Banton qui, selon eux, prouvaient qu'il était impliqué dans la transaction visant à acheter 11 livres de cocaïne pour 135 000 $.


Une vidéo montre l’artiste en train de goûter de la cocaïne dans un entrepôt de Sarasota le 8 décembre 2009, bien qu’il ne soit pas présent lors de la finalisation de l’accord.


Banton a dit au jury qu'il se vantait juste d'impressionner quelqu'un qui, selon lui, pourrait l'aider dans sa carrière musicale.


La défense a mis l’accent sur la carrière musicale de Banton, affichant ses couvertures d’album, racontant aux jurés son Grammy Award et appelant même l’un des fils de Bob Marley à la barre.


"Il ne s'agit pas de Buju Banton, le chanteur de reggae", a déclaré un procureur au jury. "Il s'agit de Mark Myrie, le défendeur de la drogue."


En juin 2011, il a été reconnu coupable et condamné à 10 ans de prison dans une prison fédérale.


Pendant le procès, alors que Banton était détenu dans la prison du comté de Pinellas, il a écrit cette lettre au tribunal:


«Les jours qui nous attendent sont remplis de désespoir, mais j’ai du courage, de la grâce et de l’espoir, et c’est suffisant pour me mener à bien. L'homme n'est pas mort. Ne l’appelle pas fantôme. "


L’affaire et les appels de Banton s’éterniseraient cependant pendant des années devant les tribunaux fédéraux, et même l’un des jurés dans sa condamnation de 2011 se retrouverait dans de graves ennuis des années plus tard.


L'ancienne présidente du jury, Terri Wright, a été reconnue coupable d'outrage au tribunal en 2015 pour avoir mené des recherches en dehors du tribunal. Le juge de district américain James S. Moody Jr., qui a également présidé le procès Banton, l'a condamnée à cinq mois de probation et à 40 heures de travaux d'intérêt général et lui a ordonné de mener une recherche et de rédiger un rapport sur le coût du procès très médiat de Banton.


L’ancien journaliste du Miami New Times, Chris Sweeney, a écrit un article en 2012 suggérant que Wright ignorait l’ordonnance du tribunal et effectuait elle-même des recherches. Le journaliste a même témoigné.


La rédactrice en chef de Times, Anastasia Dawson, a contribué à cet article, qui utilise des informations provenant de Times et d’autres organes de presse.



#bujubanton #FreeBuju #jamaique #pullupmag #times

Abonnez-vous à notre site

2011/2019 Pull-Up MAG, All rights reserved.