google.com, pub-5905608555942578, DIRECT, f08c47fec0942fa0
top of page
7517911750220366850.gif
Rechercher

Le doc "Studio 17 : The Lost Reggae Tapes" revisite l'histoire de l'industrie musicale jamaïcaine !


Lee "Scratch" Perry a tout vu. Ce producteur de reggae, chanteur et visionnaire notoirement excentrique a créé des classiques avec des artistes allant de Bob Marley & The Wailers à The Clash et The Beastie Boys. Véritable légende vivante, il est peut-être la seule personne au monde à avoir collaboré et s'être disputé avec des producteurs jamaïcains aussi emblématiques que Coxsone Dodd, Joe Gibbs et King Tubby-et à leur avoir survécu à tous. Lorsqu'il a brûlé son propre studio Black Ark en 1979, les gens l'ont traité de fou, mais Scratch a sa propre façon de faire les choses.


Un soir de pluie dans la campagne anglaise, la cinéaste Reshma B s'est assise avec Scratch dans un vieux manoir effrayant, pour interviewer l'homme qui est aussi connu sous le nom de The Upsetter, The Super Ape et Pipecock Jackxon pour son film Studio 17 : The Lost Reggae Tapes, qui fait ses débuts mondiaux aujourd'hui sur Qwest.TV de Quincy Jones et Tidal de Jay-Z.


Scratch lui expliquait pourquoi il préférait la qualité sonore du Studio 17, situé dans le centre-ville de Kingston, où il a enregistré des morceaux immortels comme "Trenchtown Rock" et "Mr. Brown" avec Marley, Peter Tosh et Bunny Wailer, bien avant que les Wailers ne prennent d'assaut le monde. "Un des studios fredonnait", a expliqué M. Scratch, démontrant le problème en imitant le bourdonnement grave. Ensuite, il est passé à un son aigu irriguant, comme un vent froid qui souffle. "Mais Randy ne fredonnait pas ou Randy n'était pas [chut]." Des moments comme ceux-ci font du film Studio 17 un rare plaisir pour les mélomanes qui cherchent à comprendre l'alchimie créative qui fait du reggae la musique la plus mystique et la plus incomprise au monde.



Salué comme "l'un des meilleurs documentaires reggae jamais réalisés" par le célèbre auteur John Masouri et "une œuvre magique" par le vétéran de la radio reggae britannique David Rodigan, le documentaire Studio 17 a été présenté en première fin 2019 sur la chaîne de télévision de la BBC où il a été vu par plus d'un million de personnes. La pandémie a mis en veilleuse les projets de festivals de cinéma en 2020, mais le film est finalement diffusé dans le monde entier juste à temps pour le Mois du reggae, la célébration internationale de la musique jamaïcaine qui débute aujourd'hui, l'anniversaire de Dennis Brown, et qui se poursuit jusqu'à la fin du mois avec l'anniversaire de Bob Marley le 6 février.


Mais pour des gens comme Scratch et Reshma B - que les lecteurs de VIBE connaissent comme le correspondant de Boomshots qui réalise des interviews IG Live avec toutes les grandes stars du dancehall - chaque mois de l'année est le mois du reggae. Scratch, qui aura 85 ans le mois prochain, décrit la musique reggae comme "une organisation spirituelle que j'ai mise en place", ce qui n'est pas très exagéré. "C'était comme une arme, une arme de révolution", dit-il. "La musique de la rédemption. La musique de la souffrance. Une musique qui vous laisse libre, qui vous libère."


Pendant qu'il parlait, Reshma B a remarqué que le costume rouge de Scratch était couvert de signes de dollars, de livres et d'euros, apparemment écrits en Magic Marker. Alors qu'il posait pour une photo à la fin de l'interview, il a reculé ses lèvres pour montrer ses initiales en relief en or sur ses dents. En regardant de plus près, Reshma a remarqué que le L était un signe de livre et le S un signe de dollar. "Traitez-le de fou si vous voulez", dit Reshma, "mais le Scratch, c'est son affaire. Les révolutionnaires doivent aussi manger".


Une qualité qui distingue Studio 17 : The Lost Reggae Tapes de la plupart des autres films sur la musique jamaïcaine est que les cinéastes n'hésitent pas à dire la vérité sur l'exploitation économique à laquelle sont confrontés de nombreux pionniers du reggae. "Sans abri et sans chance, c'est l'histoire du musicien jamaïcain moyen", dit Ali Campbell, le chanteur du groupe de reggae britannique UB40. "Beaucoup de ceux que nous considérons comme des stars se faisaient arnaquer par les producteurs en Jamaïque et à Londres et faisaient de très bons disques pour du poulet en boîte".


Bien qu'UB40 ait connu le succès de tubes reggae comme "Red Red Wine", le groupe a débuté à Birmingham, en Angleterre, avec une bande de chômeurs. (UB40 est le nom du formulaire de prestations de chômage que les citoyens britanniques doivent remplir pour aller au chômage). "J'ai grandi dans l'ouest de Londres en écoutant UB40 chez moi", se souvient Reshma B. L'une de mes chansons préférées était "Kingston Town", mais comme la plupart des gens, je n'avais pas réalisé qu'ils n'avaient pas écrit cette chanson.


Pendant la réalisation du documentaire, la productrice Reshma B et le réalisateur Mark James ont retrouvé Lord Creator, le chanteur trinidadien qui avait enregistré la chanson (alors intitulée "King and Queen") sur un rythme ska au Studio 17. Bien qu'il ait été très connu en Jamaïque à son apogée, Lord Creator a déclaré à Reshma qu'il ne recevait aucune redevance pour tous les tubes qu'il avait faits. Il s'est retrouvé sans ressources lorsqu'il a appris que UB40 avait repris une de ses chansons, et les bénéfices de son succès ont changé sa vie pour toujours. Mais toutes les stars du reggae d'antan n'ont pas autant de chance.


Même une légende comme Scratch a souffert de mauvaises affaires. "Nous avons beaucoup de chansons, mais à l'époque, nous essayions simplement de les faire connaître au monde extérieur, et nous n'avions pas assez d'argent pour le faire nous-mêmes", explique-t-il à Reshma B. "Nous devons donc la donner à une autre société, mais la plupart d'entre elles n'aiment pas faire de la promotion". Malgré son catalogue très complet, Scratch gagnait une grande partie de sa vie en se produisant dans des festivals de musique du monde entier - avant que le Coronavirus ne mette un terme aux spectacles en direct, c'est-à-dire.


"Je respecte le fait qu'UB40 ait tenu à enregistrer toutes ses reprises auprès de PRS, afin de s'assurer que les compositeurs originaux de ces airs classiques soient correctement rémunérés", déclare Reshma B. "Le père d'Ali Campbell était lui-même chanteur et compositeur de chansons, il a donc inculqué cela à ses enfants".



Les pères et les fils sont un autre thème majeur du Studio 17 : The Lost Reggae Tapes, qui raconte l'histoire de Clive Chin, fils aîné de Vincent Chin, l'entrepreneur sino-jamaïcain qui a fondé Randy's Records et ouvert le studio d'enregistrement à l'étage. Clive est tombé amoureux de la vie de studio, apprenant l'art de la production de son père et des nombreux artistes, musiciens et ingénieurs emblématiques qui passaient quotidiennement par le studio. Clive et son camarade de classe Augustus Pablo se sont associés au Studio 17 pour enregistrer Java Java Java, l'un des premiers albums dub au monde, et Clive et son père ont amassé un vaste catalogue, dont une grande partie est sortie sur la célèbre maison de disques Impact !


Dans le livre Rockers de l'année dernière, le défunt cinéaste Ted Bakaloukos a décrit l'expérience de la visite du Studio 17 de Randy au milieu des années 1970 : "Kingston proprement dit. Le centre. Des bus, des voitures, des vélos, du bruit, de la poussière, des klaxons et beaucoup trop de monde... Il y a une petite rue, plutôt une ruelle, avec quelques voitures et vélos garés et une douzaine de gars, des dreads, appuyés contre le mur du côté ombragé. C'est le légendaire "Idler's Rest", à côté du magasin de disques de Randy. C'est là que les musiciens, les chanteurs et les accrocheurs se réunissent tous les jours. Il fonctionne comme un bureau privé, une agence pour l'emploi, une agence de relations publiques et un salon des talents pour de nombreux chanteurs et musiciens de studio, ainsi que pour les jeunes débutants qui cherchent une place dans le monde de la musique. À côté, chez Randy's Record Shop, ils tournent les nouveaux 45 tours. Le son, se mêlant aux bruits de la rue, coule au coin de la rue".


Des images du film reggae classique Rockers de Bakaloukos apparaissent dans le docu-fiction Studio 17, ainsi que des histoires de personnes comme Scratch et Clive et sa belle-mère Patricia Chin, qui tenait le magasin de disques pendant que son mari travaillait dans le studio. Leurs voix, et celles des génies musicaux qui se réunissaient chaque jour à Idlers' Rest, animent le film, éclairant la façon dont les artistes dont la musique a fait des ondes de choc dans le monde entier finissaient par chanter littéralement pour leur souper.


Lorsque la violence politique en Jamaïque a forcé la famille Chin à se réinstaller à New York en quête d'une vie meilleure, ils sont partis si vite qu'ils ont abandonné plus de 1 000 bobines de bande audio. Le documentaire raconte la quête de Clive pour sauver ce trésor de précieux enregistrements, qui ont miraculeusement survécu dans une salle de stockage pendant des années malgré les ravages de l'ouragan Gilbert, les pillages et la chaleur tropicale intense.


Patricia Chin, qui a récemment publié ses propres mémoires intitulées Miss Pat, a ensuite fondé V.P. Records, le plus grand label indépendant de reggae au monde, dans le Queens jamaïcain. Le fils de Clive, Joel, est devenu directeur de la recherche et du développement pour V.P., travaillant en étroite collaboration avec des artistes de premier plan comme Sean Paul et Beenie Man. Joel encourageait souvent son père à faire quelque chose avec les cassettes qu'il avait sauvées, mais Clive n'a jamais pu le faire. Puis en 2011, Joel a été tragiquement assassiné à Kingston alors qu'il rentrait chez lui avec sa femme et sa petite fille. Afin d'honorer la mémoire de son fils, Clive a décidé de restaurer les cassettes. Ce faisant, il a découvert une chanson inédite de Dennis Brown, le grand prince héritier du reggae, qui peut être entendue pour la première fois dans le Studio 17 : The Lost Reggae Tapes. Quelle meilleure façon de célébrer l'anniversaire de D.Brown que de regarder le documentaire dès maintenant ?


"Ce film a pris beaucoup de temps à réaliser parce qu'il y a eu tellement de rebondissements", dit Reshma B. "Mais c'est comme ça, la vie." Bien que les cinéastes attendent avec impatience le jour où Studio 17 pourra organiser une véritable projection dans les grandes villes comme Kingston, en Jamaïque, ils ont pu mettre le film à la disposition des abonnés de Qwest.TV - et gratuitement pendant les sept prochains jours sur Tidal, où Reshma B assure la conservation de tout le contenu reggae et dancehall et écrit la chronique mensuelle Murda She Wrote.


Studio 17 : The Lost Reggae Tapes sera présenté dans le cadre de la toute première célébration du mois du reggae de Tidal, avec des playlists soigneusement préparées en l'honneur des légendaires studios d'enregistrement, producteurs et pionniers jamaïcains. "Nous avons remonté jusqu'aux légendes de l'ère ska, et nous sommes passés directement par le dancehall classique, en rendant hommage à la culture jusqu'à la fin", explique Reshma B. Surveillez les nouveaux contenus qui sortent chaque semaine au cours du mois de février".


Né de la lutte, le reggae prépare les auditeurs de longue date à des moments difficiles comme ceux que nous vivons actuellement. "C'est une musique qui a été faite parce que les gens avaient besoin d'un moyen de survivre", dit Reshma B. "Quelle meilleure façon de traverser les moments difficiles que de puiser dans ce message ?" Il y a peut-être eu quelques retards dans la diffusion de son documentaire, mais comme le dit le vieux dicton jamaïcain, rien avant l'heure.



FOLLOW on INSTAGRAM: instagram.com/studio17movie/

0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page