google.com, pub-5905608555942578, DIRECT, f08c47fec0942fa0
top of page
1457599591249978217.gif
Rechercher

Peter Tosh – Mama Africa


Peter Tosh était le plus militant des Gémisseurs, avec des opinions franches et sans compromis, issues de ses croyances rastafariennes et nourries par son passé de pauvreté, d'oppression et de lutte pour la vie. Très tôt, il a appris à jouer de plusieurs instruments de musique. Après s'être installé à Trenchtown, il a formé The Wailers avec Bob Marley, Bunny Wailer et Junior Braithwaite. Après des débuts difficiles, The Wailers est devenu l'un des groupes les plus populaires de Jamaïque. En 1974, le groupe s'effondre et Tosh se lance dans une impressionnante carrière solo. L'ensemble de son œuvre se caractérise par des chansons rebelles, un esprit révolutionnaire, une conscience noire et des éloges sur l'utilisation du cannabis. L'une de ses déclarations les plus citées est "Je ne veux pas de paix, je veux l'égalité des droits et la justice". Le 11 septembre 1987, des gangsters ont fait une descente au domicile de Tosh, abattant brutalement Tosh et deux autres personnes et blessant gravement plusieurs autres personnes.


Mama Africa est son sixième album studio, sorti en 1983, et le dernier que Tosh a vécu pour voir. Cet album est considéré par les connaisseurs comme son set le plus "accessible" et son seul album à avoir atteint une place dans les régions basses des charts britanniques et américains. Cela est dû en partie aux arrangements richement élaborés, avec une solide touche "rock", afin que le public non reggae puisse également s'identifier à la musique. Dans le camp des puristes du reggae, la réaction à l'album n'a pas été entièrement favorable à l'époque.


Music On Vinyl, le label néerlandais de réédition de disques vinyles uniquement, a publié une édition limitée à 1500 exemplaires numérotés individuellement sur vinyle transparent de couleur verte. Leur catalogue de rééditions, en constante augmentation, comprend un certain nombre de joyaux reggae tels que l'album Freedom Street de Ken Boothe, l'album de Lee Perry et The Upsetters Eastwood Rides Again, Toots & Maytals avec Funky Kingston, le set Night Food de The Heptones 1976 et la compilation Here Comes The Duke Reid. Parmi les sets récents, citons To Be A Lover de George Faith.



L'une des chansons les plus remarquables de l'album est l'adaptation par Tosh du Johnny B. Goode de Chuck Berry. Outre son plus grand succès, le duo avec Mick Jagger Don't Look Back de 1979, c'est l'une de ses plus célèbres chansons crossover. Sur le plan des paroles, il transfère la chanson en Jamaïque et l'injecte avec une guitare rock qui monte en flèche. L'ouverture de l'album est une ode impressionnante à la mère patrie de l'Afrique : "Ils m'ont emmené loin de toi Mama, bien avant que je ne sois né, Ils m'ont emmené loin de toi Mama, bien avant que je n'entre en scène". Le mélange de reggae et de styles musicaux africains vous fera travailler pendant environ huit minutes, tandis que le groove contagieux vous obligera à bouger !


Inévitablement, bien sûr, ce sont les reprises de chansons qu'il a enregistrées avec ses anciens copains des Wailers. La chanson "dis" Maga Dog est servie ici avec goût dans un nouvel arrangement adapté. Le classique "Stop That Train" a toujours été le préféré du public. Le traité de paix est "honoré" par des coups de feu et des paroles cyniques telles que "Tous ceux qui ont signé ce traité de paix, reposent maintenant en paix dans le cimetière". Avec la chanson accrocheuse "Not Gonna Give Up", il essaie d'encourager les habitants de l'Afrique. Feel No Way est une belle mélodie qui ressemble à un rub-a-dub, sans arrière-plan trop richement orchestré.




0 commentaire

Comentários

Avaliado com 0 de 5 estrelas.
Ainda sem avaliações

Adicione uma avaliação
bottom of page