google.com, pub-5905608555942578, DIRECT, f08c47fec0942fa0
top of page
7517911750220366850.gif
Rechercher

Rudeboy: The Story of Trojan Records


Avec de vastes étendues du globe sous clé sous une forme ou une autre, ce documentaire de 85 minutes sur les racines du reggae sera une distraction bienvenue pour beaucoup. Bien que l'accent soit mis ici sur la musique, l'histoire ne peut être racontée sans de nombreux clins d'œil au contexte social et historique dans lequel elle a fait surface.


Comme le film le reconnaît, "l'histoire de TROJAN est une histoire britannique", mais cette histoire ne peut être racontée sans remonter le cordon ombilical jusqu'à la Jamaïque. Et le film le fait de manière délicieuse, avec une bande-son sublime, entrecoupée de commentaires des musiciens et de bien d'autres qui étaient sur le terrain à l'époque.


Ainsi, cette contribution inestimable à l'histoire de la musique - du soundsystem et du ska aux racines - est racontée par une foule de héros, avec l'accompagnement des sons du jour. Les interviews et le fond musical sont fournis par des artistes tels que Derrick Morgan, Bunny Lee, Dandy Livingstone, Lloyd Coxsone, Marcia Griffiths, Toots, Lee Perry, Pauline Black, Don Letts et Ken Boothe.


L'histoire commence avec la disparition de l'ère des "big bands" au profit du système sonore et de Duke Reid - "un ex-policier qui n'a pas froid aux yeux" - et raconte comment le label londonien TROJAN (fondé en 1968) a joué un rôle central dans la diffusion des rythmes reggae, permettant finalement à Marley et à ses aficionados de s'épanouir à peu près au moment où le label était en liquidation au milieu des années 70.



La bande-son sublime s'accorde parfaitement avec l'histoire des immigrants jamaïcains venus en Grande-Bretagne pour faire "n'importe quel travail" à l'époque de la reconstruction après la Seconde Guerre mondiale - un fait qui est souvent oublié par les Brexiteers, plus racistes. C'est pourquoi il offre de nombreux plaisirs visuels, en opposant de vieux clips et vignettes en noir et blanc à des reproductions contemporaines crédibles et de haute qualité, sans perdre l'atmosphère de l'époque ou de l'histoire racontée.


Ainsi, les récits de racisme, de violence et de changement sociétal font en sorte que le film soit autant une comédie musicale qu'une histoire sociale. Et TROJAN - qui appartient maintenant à l'éditeur de musique BMG et à la maison de disques, dont le chiffre d'affaires s'élève à plusieurs millions - est parfaitement placé pour raconter cette histoire, car "TROJAN avait tous les artistes" - et il en était ainsi.


Inévitablement, étant donné la nature des gens et de la musique et le succès commercial remarquable de TROJAN, Dandy Livingstone pose la question : "Qu'est-il arrivé à l'argent ? Je ne sais pas... L'argent est une chose délicate". Malheureusement, le film ne répond pas de manière satisfaisante à cette question. Et comme le fondateur de TROJAN, Lee Gopthal, est parti à l'Ouest, il est peu probable que nous obtenions une réponse à cette question de sitôt. Cependant, certains spéculent que le coût de la diffusion de l'attrait du reggae, via des arrangements de re-mastering et d'overdubing de cordes, a eu un lourd impact financier.



Sur le plan personnel, il a été frappant d'entendre Marcia Griffiths reprendre "Young, Gifted and Black" alors que Pauline Black du Selecter rappelait l'impact sismique que ce disque a eu sur l'image de soi et la confiance en soi. De même, la première fois que Derrick Morgan a entendu son disque à la radio - "I want a girl to dance with me" - a évoqué la sensation que : "Je crois que j'étais au paradis. Oh mon Dieu, laissez-moi mourir ici". Certains sadiques peuvent également apprécier de voir le DJ de la BBC Tony Blackburn manger ses paroles (humiliantes) sur le reggae, alors qu'il présente le numéro 1 "Double Barrell" à un public de "Top of the Pops".


Et la bonne nouvelle est que BMG - qui possède désormais le catalogue TROJAN et qui a reçu de nombreux prix d'"éditeur indépendant de l'année" - a également obtenu les droits sur une série d'autres classiques du reggae, via les disques RAS et bien d'autres encore. Il semble que ce sera un long et vif voyage musical. Et il est le bienvenu.



0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page