google.com, pub-5905608555942578, DIRECT, f08c47fec0942fa0
top of page
7517911750220366850.gif
Rechercher

SMOOTH - JAHVILLANI FT. SKILLIBENG



Jahvillani et Skillibeng disent que "Smooth" est la façon d'être sur leur nouveau single du même nom. Sorti aujourd'hui par VP Records.


Les deux artistes, qui viennent respectivement de la côte ouest et de la côte est de la Jamaïque, ont trouvé un terrain d'entente à travers la musique et le divertissement des masses avec leurs paroles provocantes et leurs riddim accrocheurs. Leur bravoure transparaît dans les haut-parleurs alors qu'ils se vantent de leurs manœuvres autour des plus belles femmes.


La sortie de "Smooth" est complétée par la sortie du vidéoclip de la chanson. Réalisé par Mathofminds Production, le clip a été tourné sur place à Kingston.


À propos du single et du vidéoclip, Jahvillanii déclare : "J'ai pris plaisir à collaborer avec Skilli. J'aime aussi la façon dont le clip musical a été tourné". Skillibeng ajoute : "Jahvi and Skilli link est un coup de folie - en douceur pour les dames quand l'Ouest et l'Est se rencontrent".


Jahvillani, qui fait de la musique depuis le lycée, répond à sa vocation. Son nom représente l'équilibre sur lequel il chante : d'un côté, il y a Jah, le bien dans le monde, et "villani", une habile variante du mot "méchant" que Jahvillani chante également. Jahvillani est un portemanteau qui reflète les aspects positifs et négatifs de la société à travers la musique. Jahvillani a connu le succès avec de nombreuses sorties, dont "Clarks Pon Foot", "Wileside Government" et "Nuh Reason".


Skillibeng est devenu célèbre avec la sortie des singles à succès "Brik Pon Brik" et "Crocodile Teeth". Sa base de fans continue de croître avec des adeptes qui sont attirés par son approche unique pour raconter des histoires.


"Smooth" a été produit par Adrian "Mastermind" Martin Lawrence. Jahvillani est sans aucun doute l'un des nouveaux visages les plus excitants du monde de la danse.




Né Dujon Edwards, l'artiste est originaire d'un quartier rural appelé Great Pond qui se trouve à St. Ann, une paroisse de la côte nord de la Jamaïque. Il a vécu entre Great Pond et St. Mary, une paroisse voisine, alors qu'il s'efforçait de terminer ses études primaires jusqu'à ce que, finalement, en 2011, il obtienne son diplôme du lycée d'Ocho Rios. En tant qu'étudiant, il a commencé à écrire des vers et est devenu un favori du campus après trois représentations énergiques. C'est tout naturellement qu'il s'est tourné vers l'enregistrement et la musique à plein temps, ce qu'il a fait après avoir terminé ses études. Il a décidé qu'il se produirait sous le nom de "Jahvillani", un nom forgé en pensant à l'équilibre. Le nom Jahvillani est un portemanteau, qui a été profondément inspiré par ma vision de la société", explique l'artiste. Jah, qui signifie Dieu dans le rastafarianisme, symbolise le bien dans la société et le bien qui, espérons-le, est en chacun de nous. Tandis que "villani" est une variante créative du méchant qui parle du mal dans la société. Ensemble, ils forment Jahvillani : le gad de Wileside qui, à travers sa musique, émet des vibrations positives, mais aussi des commentaires sur les aspects négatifs de la société". Citant des artistes comme Vybz Kartel et Mavado qui ont contribué à façonner son approche de son métier, il a été doublement influencé par le lyrisme d'artistes de danse légendaires comme Buju Banton et Bounty Killer qui ont intégré dans leur travail les récits de leur éducation en tant que jeunes des quartiers défavorisés, ce à quoi l'artiste s'est référé. Désireux de partager les expériences et les difficultés de son enfance dans la campagne jamaïcaine, et avec les sons les plus reconnus du dancehall de la capitale Kingston, la discographie de Jahvillani sous Wileside Government offre à la fois une nouvelle perspective et un son rafraîchissant aux aficionados du dancehall qui veulent avoir un aperçu du son mélodique de Sainte Anne.



L'artiste a sorti son premier single en 2013, intitulé "Hold A Vibez", et en a ensuite sorti une série d'autres, dont le disque de 2016 "Wile and Done", qui l'a aidé à gagner en popularité. Mais ce sont des disques comme "Wileside Government", qui figure sur le volume 60 de la compilation Strictly the Best de VP Records, "Nuh Reason" et "Clarks Pon Foot", qui l'ont propulsé sous les feux de la rampe et ont fait de lui un des fans préférés de la jeunesse du pays, dans la région des Caraïbes et dans la diaspora mondiale.


"Clarks Pon Foot", en particulier, a réussi à attirer l'attention du monde entier grâce à la marque Clarks qui a reconnu et affiché la vidéo sur sa page Instagram. C'était à la fois un clin d'œil au talent et au style de l'artiste et une reconnaissance générale du fait que la chaussure est un pilier de la mode jamaïcaine. Cette même année, en plus d'être présent sur YouTube avec des disques comme "Name of Record", il a reçu l'une de ses plus mémorables récompenses à ce jour : sa prestation sur la très convoitée scène du Reggae Sumfest en guise de clôture. En plus d'avoir collecté plus de 15 millions de flux sur les disques qu'il a mis en ligne sur YouTube, d'avoir plus de 100 000 auditeurs par mois sur la populaire plateforme de streaming Spotify et d'avoir été ajouté à ses listes de lecture "Dancehall Party" et "Dancehall Official", Jahvillani est maintenant prêt pour la prochaine étape.


Au lendemain d'une année 2019 plutôt déterminante pour sa carrière, Jahvillani se prépare à libérer son EP distribué par VP Records, Dirt to Bentley. Ce projet de cinq titres, produit exclusivement par Y.G.F., un collaborateur de longue date, explore la vie, les relations avec les femmes, parmi une pléthore d'autres sujets, et propose de nouveaux sons comme Prince Swanny, un groupe émergent de Trinidad, et des sons plus anciens. Sur le disque titre du EP, "Dirt to Bentley", Jahvillani s'associe à Kranium après que l'artiste ait décidé de collaborer. L'hymne vantard est un concurrent pour la chanson de l'été, car les deux artistes partagent avec leurs fans tout le luxe, les femmes et la richesse qu'ils ont acquis, comme sur le quatrième extrait "Movie". Sur "Love At First Sight", il chante la femme qui a ses affections. Enfin, "Journey" est le parfait outro, car Jahvillani réfléchit à tout ce qui s'est passé dans sa vie. L'artiste partage ses réflexions sur les prochaines étapes : "Le changement que je voudrais apporter à l'industrie de la musique est de créer plus de place pour les jeunes artistes en herbe, et de ne pas considérer l'industrie de la musique avec une mentalité de "crabe dans un tonneau", mais comme une plate-forme pour les créateurs. Wileside représente un gouvernement, mais ce n'est pas le monde d'un seul homme. C'est un groupe de jeunes hommes qui donnent vie à une nouvelle génération de musique". Grâce à Dirt to Bentley, Jahvillani travaille sans relâche pour atteindre cet objectif et utilise son sonorité distincte pour consolider sa place dans le monde du dancehall.



0 commentaire
bottom of page