Soul Power ’68


En Jamaïque, toute une génération de chanteurs, d'instrumentistes et de MCs a grandi sous l'emprise des sons de l'Amérique noire des années 1960. Dans les années 1950, la musique jamaïcaine dans les salles de danse avait évolué en adaptant le r&b basé sur le shuffle et le boogie-woogie. Ce lien s'est poursuivi au début des années 1960 avec des chanteurs et des groupes vocaux, qui participaient à des concours locaux, en chantant des morceaux tirés des catalogues d'artistes américains tels que The Drifters, Clyde McPhatter et les omniprésents Impressions. Lorsque la soul a remplacé le r&b dans l'affection des auditeurs noirs américains, le rocksteady et plus tard le reggae se sont développés à mesure que la musique populaire jamaïcaine suivait le rythme des innovations aux États-Unis.



Tout au long des années 1960, alors que la soul américaine commençait à refléter de plus en plus les préoccupations sociales et les aspirations politiques de la classe ouvrière noire, le même phénomène a commencé à se produire dans la musique jamaïcaine. À la fin des années 1960, la Jamaïque pouvait se targuer de la présence de plusieurs chanteurs qui égalaient en intensité émotionnelle leurs contemporains américains, parmi lesquels des chanteurs comme Ken Boothe, Alton Ellis, John Holt, Slim Smith, Pat Kelly et Delroy Wilson, ainsi que des groupes vocaux comme The Sensations, The Uniques, The Melodians, The Silvertones et The Techniques.



Après avoir servi pendant dix ans dans la police de Kingston, Arthur "Duke" Reid et sa femme Dorothy ont ouvert le magasin de spiritueux Treasure Isle. Il a fait son chemin dans l'industrie de la musique d'abord comme propriétaire d'un système de sonorisation, promoteur et disc-jockey en 1953. Il a commencé à produire des enregistrements à la fin des années 1950, d'abord dans des studios appartenant à d'autres personnes, puis dans son propre studio au-dessus du magasin. Avec des producteurs comme Coxsone Dodd, Prince Buster et Leslie Kong, Duke Reid a dominé la scène musicale jamaïcaine des années 1960, en se spécialisant dans le ska et le rocksteady. Le matériel qu'il a publié sur son label Treasure Isle illustre la fraîcheur et l'élégance de l'ère rocksteady. À son apogée, le producteur employait des artistes alors populaires tels qu'Alton Ellis, Phyllis Dillon, Dobby Dobson, Hopeton Lewis, ainsi que des groupes vocaux exceptionnels tels que The Paragons, The Techniques, The Jamaicans, The Silvertones et The Melodians, soutenus par le groupe studio de Duke Reid, Tommy McCook and the Supersonics.


Au cours des dernières décennies, le catalogue de Treasure Isle a été impitoyablement pillé. D'innombrables enregistrements classiques sortis sur le célèbre label de Duke Reid ont été réédités, qu'il s'agisse d'albums d'artistes ou de compilations. On pourrait donc penser que tout le matériel produit par Duke Reid figurant sur ce coffret Soul Power '68 a déjà été publié auparavant. Pourtant, ce n'est pas le cas ! La première douzaine de titres est tirée directement d'une cassette récemment découverte chez Trojan Records d'un album de compilation inédit, Soul Power, tandis que le reste du matériel est constitué de hits, de raretés, de morceaux inédits et de titres nouveaux sur CD.



Comme nous l'avons déjà souligné, les artistes soul américains et leurs chansons ont fortement inspiré de nombreux artistes jamaïcains, et il n'est donc pas vraiment surprenant de voir des interprétations de morceaux soul à l'époque du rocksteady. Les titres figurant sur Soul Power '68 peuvent être classés parmi les meilleures œuvres de l'héritage de Duke Reid. C'est un délice et un pur plaisir d'écouter cette splendide collection d'airs avec notamment le superbe Tommy McCook et les Supersonics en toile de fond qui caressent encore les tympans plus de 50 ans après leur enregistrement au 33 Bond Street à Kingston, en Jamaïque. Et c'est vraiment bien que ce coffret comprenne pas moins de 10 instrumentaux de ce groupe, plus deux avec Winston Wright et Ernest Ranglin respectivement, qui auraient pu constituer un album digne de ce nom à eux seuls. Joya Landis (Wanda Jean Vann, née aux Etats-Unis) est également bien représentée avec 7 titres dans la veine soul. Pendant son séjour de trois mois en Jamaïque, elle a enregistré une série de classiques pour Duke Reid. Un certain nombre de morceaux présentés ici n'ont jamais été publiés au Royaume-Uni, et dans le cas de la version rocksteady de Let Me Know, on sait qu'elle n'a jamais été publiée nulle part. Outre les airs très agréables de chanteurs tels que Hopeton Lewis, Lloyd Tyrell aka Lloyd Charmers, et Phyllis Dillon, l'auditeur est également diverti par des morceaux de groupes vocaux tels que The Silvertones, The Sensations, The Paragons, et The Termites. Dans l'ensemble, il s'agit d'un merveilleux voyage dans le passé pour les anciens fans de reggae.