google.com, pub-5905608555942578, DIRECT, f08c47fec0942fa0
top of page
7517911750220366850.gif
Rechercher

Uğur Çoban - Oy Yarê (Akustik)


Uğur Çoban naît le 05 avril 1987 à Paris. Il est le fils d’une modeste famille de confession alevie qui compte : sa mère Nazengul, son père Ali Riza, sa grande soeur Yelda et sa petite soeur Yeliz. Ses parents vécurent pendant quelques mois après sa naissance dans un petit appartement parisien dans le 10eme puis ils déménagèrent à Sarcelles dans le Val d’Oise où Uğur a grandit. Uğur a commencé à se familiariser avec la musique depuis le ventre de sa mère. En effet, il est issue d’une famille très attachée à leur culture et à la musique traditionnelle turque et kurde. Son père, issue lui aussi d’une famille où la musique avait une place importante, accompagnait ses chants d’un instrument traditionnel appelé « saz ». Il s’est inspiré de très grands musiciens tels que Abdullah Papur, Davud Sulari, Ali Ekber Çiçek pour se perfectionner dans ce domaine. Uğur a été bercé par les chants traditionnels que son père lui chantait depuis sa naissance ce qui, pour lui, a véritablement été la clé de sa réussite. C’est en 1993, à l’âge de 6 ans, que son père décide de lui transmettre son savoir. C’est à partir de ce moment là qu’Uğur fait connaissance avec le saz. Gaucher de naissance, Uğur a été contraint d’apprendre à jouer de son saz avec la main droite. En effet, son père, convaincu que son fils sera amené à jouer d’autres instruments de musique plus tard et qu’il sera plus à l’aise avec la main droite, le pousse à se servir de cette main pour jouer de son instrument. À l’âge de 11 ans, l’entreprise de textile où le père d’Uğur travaille se doit de cesser son activité pour des raisons économiques. Son père décide alors de consacrer la totalité de son temps à sa famille et en particulier à son fils afin de le perfectionner dans le domaine de la musique. Bien que ses cours de musiques se situaient à deux heures de leur lieu d’habitation, son père se démena sans relache pour l’y emmener afin de contribuer à la réussite de son fils et ce deux fois par semaine pendant deux ans. C’est à cette occasion qu’Uğur à la chance de faire connaissance avec Talip Özkan, (professeur de musique), défunt à ce jour. Chaque cours était une agréable découverte pour Uğur mais aussi pour son professeur qui remarqua et admira rapidement le talent et la performance donnée par son élève. Rare sont les élèves qui apprenaient et se perfectionnaient chaque jour à cette vitesse. A 13 ans, Uğur commence par prendre scène dans des restaurants musicals traditionnels turcs et kurdes ainsi que dans des mariages. En 2013, il commence les cours de chant au conservatoire « la municipale musique » à Sarcelles. Une fois diplômé dans l’interprétation musicale, Uğur a encore plus d’assurance en soi et commence à se faire connaître grâce à son timbre de voix légèrement cassé et atypique. Pendant de longues années, il prend scène dans ces restaurants musicaux tels que Sumela, le Hangar, Uludağ, le Hasir et Mimoza, le public se déplace de plus en plus et c’est ainsi qu’il atteint un grand public. Entre 2013 et 2014, Uğur Çoban a le privilège de pouvoir partager la scène avec de grands musiciens de renommés tels que Kivircik Ali, Arzu, Yavuz Bingöl, Özlem Özdil, Onur Akin, Mustafa Özarslan, Oğuz Aksaç et bien d’autres encore. En 2016, Uğur Çoban se lance et crée son propre groupe de musique qu’il décide de nommer « Yeksan » qui signifie en turc humble, modeste. C’est un mot qui définit précisément le monde musical vu par Uğur. En mai 2018, il réalise, en Corse, son premier clip avec son groupe. En juillet 2019, Ugur décide de réaliser un clip sur un Kurdish Mashup accompagnée de sa petite soeur Yeliz. Ils décident alors de tourner ce clip à l’Escala en Espagne. Leur clip bat les records sur YouTube, il atteint 8 millions de vues et prend sa place parmi les Kurdish Mashup les plus visionnés sur les plateformes digitales. Uğur Çoban connaît une science précise des rythmes, qu'il utilise pour le mieux sur son Kurdish Mashup. Un morceau qui témoigne d'une fierté bienveillante et heureuse, qui ne se déploie jamais aussi bien que dans les sonorités. Il décide ce même été de tourner un troisième clip sur un Kurdish Mashup en Turquie dans la ville de Mardin. Il était, lors d’un précédent voyage, tomber sous le charme de cette belle ville et avait eu pour projet d’y tourner un clip. Ce clip a été publié en Mai 2020.

0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page