Video Teaser : GROUPE RTD - THE DANCING DEVILS OF DJIBOUTI


Alors que la musique de la Somalie est largement célébrée, son voisin, la République de Djibouti, anciennement connue sous le nom de Somaliland Français, abrite un réservoir tout aussi profond de sa propre musique Somalienne unique. Le petit pays culturellement grand à l'entrée de la Mer Rouge reste l'un des rares endroits au monde où la musique est toujours entièrement du domaine de l'État.


Depuis l'indépendance en 1977, règle du parti unique a placé la plupart de la musique sous son contrôle, avec chaque groupe étant une entreprise nationale, partie intégrante de l'appareil de propagande de l'État. Aucune entité étrangère n'a été autorisée à travailler avec le riche héritage musical de Djibouti - jusqu'à maintenant.


En 2016, Ostinato Records a rencontré les hauts responsables de la Radiodiffusion-Télévision Djibouti (RTD), alias la radio nationale, pour discuter d'une vision pour lever le voile sur la musique Djiboutienne alors que le jeune pays de moins d'un million d'habitants s'ouvre de plus en plus sur le monde .


Trois ans plus tard, en 2019, Ostinato est devenu le premier label autorisé à accéder aux archives de la radio nationale, l'une des plus grandes et des mieux conservées d'Afrique, abritant des milliers de bobines de musique Somalienne et Afar. Mais juste à côté, dans le studio d'enregistrement de RTD, un groupe de classe mondiale entièrement inconnu en dehors du pays, dont les chansons sont une incarnation vivante des archives, attendait. Composé de nouveaux talents sensationnels, soutenus par d'anciens maîtres, Groupe RTD est la bande de cérémonie nationale. Le jour, ils se produisent pour des événements présidentiels et nationaux et accueillent des dignitaires étrangers. La nuit, lorsqu'il n'est plus en service officiel, le Groupe RTD est clairement l'un des secrets les mieux gardés de l'Afrique de l'Est. Dirigé par Mohamed Abdi Alto, peut-être le virtuose du saxophone le plus méconnu de toute l'Afrique, et encadré par le guitariste né à Mogadiscio, Abdirazak Hagi Sufi - qui figurent tous deux comme instrumentistes sur notre compilation Sweet As Broken Dates nominée aux Grammy Awards - le Groupe RTD est la plus belle expression de la culture cosmopolite de Djibouti. Situé sur le détroit de Bab El Mandeb (Porte des Larmes), un couloir historique du commerce mondial reliant le canal de Suez et la Mer Rouge à l'Océan Indien, Djibouti est doté d'influences de l'Asie de l'Est, de la péninsule Arabique, de l'Inde et bien plus encore sons éloignés.


La musique Djiboutienne, en particulier la marque addictive exercée par le Groupe RTD, est, de leur propre aveu, le point de jonction où le funk Somalien, les styles vocaux de Bollywood Indien, les rythmes décalés du dub et du reggae Jamaïcains, les cors puissants inspirés de l'ère du jazz de Harlem, et obsédants et joyeux des mélodies de synthétiseur de la Mer Rouge entrent en collision. Le joueur de saxophone Mohamed Abdi Alto - si talentueux qu'ils ont ajouté «Alto» à son nom légal - a perfectionné son métier en écoutant John Coltrane et Charlie Parker. Le style de guitare d'Abdirazak s'inspire largement de son histoire d'amour avec la musique Jamaïcaine. Les jeunes chanteurs Asma Omar, qui a remporté un concours de jeunes talents pour rejoindre le groupe, et Hassan Omar Houssein parlent couramment les tubes classiques de Bollywood et de la musique Indienne. Le joueur de synthé Moussa Aden Ainan apporte une touche Somalienne distinctement habile, rappelant le travail exceptionnel des touches de Iftin Band et Waaberi Band en Somalie. Leur son est maintenu à flot par les rythmes mesurés de Tadjouran, gracieuseté du batteur Omar Farah Houssein et du joueur de dumbek Salem Mohamed Ahmed. Mais enregistrer cet album était le plus grand défi d'Ostinato à ce jour.


Il fallait parcourir un réseau de bureaucratie et de règles strictes. Les autorités de Djibouti ne nous ont donné que trois jours pour enregistrer le album, sans prolongation. Prêt pour la tâche et désireux de livrer, les musiciens ont rapidement démoli le panneau "Ne pas fumer ou mâcher du khat" dans le studio d'enregistrement de RTD et ont commencé une fête diabolique chauffée de trois jours alimentée au khat, déchaînant la raison même pour laquelle le groupe a été fondée: se pavaner la musique majestueuse de Djibouti sur la scène mondiale quand l'occasion est arrivée. L'équipement d'enregistrement de la radio n'avait pas été amélioré depuis des décennies et la négligence technique signifiait que nous devions concevoir une nouvelle approche pour garantir un enregistrement de la plus haute qualité possible. Avec l'aide du chef des douanes de Djibouti, nous avons volé dans un studio d'enregistrement mobile de pointe regorgeant des meilleures interfaces audio et de microphones soigneusement positionnés autour d'une pièce peu insonorisée pour obtenir un son dynamique et professionnel tout en conservant le texture analogique des décennies précédentes.


Cette configuration révolutionnaire, qui s'éloigne nettement de l'ancien temps des enregistrements sur le terrain, est la vision d'Ostinato Records pour l'avenir: capturer les sons contemporains de l'Afrique et du monde sans faille, dans n'importe quel environnement ou circonstance. Nous sommes fiers de présenter le premier album enregistré en studio d'Ostinato et le premier album international à sortir de Djibouti - Groupe RTD: The Dancing Devils of Djibouti. Cet album, s'il est écouté à un volume inapproprié, devrait inscrire fermement Djibouti dans la conscience globale, déplaçant son image d'un avant-poste stratégique de jeux géopolitiques à une puissance culturelle.

Abonnez-vous à notre site

2011/2021 Association Art & Culture, All rights reserved.