Dancehall Anthems

Greensleeves, Jet Star et VP Records, trois labels de reggae/dancehall influents du passé et du présent, à l'exception de Jet Star, qui n'existe plus, ont inclus plusieurs séries intéressantes dans leur catalogue. Souvenez-vous des hits reggae (Jet Star), de Reggae Gold & Strictly The Best (VP), et de Reggae Sampler & Ragga Ragga Ragga ! (Greensleeves). Lorsque nous avons entendu parler du nouvel album de VP Dancehall Anthems, nous avons silencieusement espéré que ce serait le début de quelque chose de vraiment excitant ! Pour l'instant, un seul album est sorti, mais qui sait ce que l'avenir nous réserve ! Écoutez Jeremy Harding : "Au départ, cela devait être un projet pour le 40e anniversaire de VP Records, mais il s'est élargi, car je voulais rendre hommage à l'histoire du dancehall au sens large, en reconsidérant les chansons iconiques et en particulier les racines du genre, y compris ce qui jouait beaucoup sur les systèmes de sonorisation quand j'étais jeune. Je voulais donner aux artistes, nouveaux et anciens, la chance de mettre en valeur ces classiques". C'est clair, n'est-ce pas ? Treize chansons extraites de l'histoire musicale de la Jamaïque, revisitées et éditées par le producteur vétéran de dancehall Jeremy Harding et une sélection d'artistes contemporains. En tant que producteur et manager, Harding a eu une influence majeure sur la carrière de Sean Paul, l'une des grandes stars du dancehall. Sans aucun doute, il s'agit d'un délicieux voyage dans le passé, avec des classiques bien connus et solides interprétés par de nouveaux venus talentueux et quelques vétérans du métier. Beenie Man est vraiment sur la bonne voie avec Mad Kings, c'est sa version surréaliste de Zungguzungguguzungguzeng de Yellowman. La Pyramide de Kabaka ne peut évidemment pas se tromper dans sa lecture de Nice Up The Dance du Général & Smiley. L'agent Sasco ose donner à l'un des plus grands dubplates sound-clash de tous les temps, Dust A Sound Bwoy, un nouveau look puissant, et nous l'aimons...respect Super Beagle ! Le célèbre Sean Paul "réécrit" le tube Puppy Love de Tiger en une ode à la marijuana de bon goût. Passez le calice ! La toujours populaire Tenor Saw est honorée ici par Wayne Marshall qui interprète l'un de ses plus grands airs, Lots Of Sign, sans modifications, juste une version simple. Dans les années 1990, Louie Culture a mis le feu aux salles de danse avec son tube Ganga Lee. Il sera difficile pour le Bugle de répéter le succès de Louie, mais sa version est certainement appréciée par nous. Deux artistes féminines se joignent à cette bataille de "reprises". Ikaya apporte avec Sorry une version louable de l'original de Tracy Chapman, pas très différente de celle de Tracy. Le reggae massif peut comparer cette version avec les versions bien connues de Foxy Brown et Sanchez. Et puis il y a la belle Naomi Cowan avec Splashing Dashing de Garnet Silk, le chanteur toujours absent qui est mort lorsqu'il a essayé de sauver sa mère d'un incendie. C'est une magnifique version, à la fois sobre et excitante, dans laquelle elle flotte sans effort sur le riddim de Death In The Arena, vraiment impressionnante et qui mérite d'être jouée plusieurs fois.

Dancehall Anthems